1.     La préparation de l’enseignant(e)

L’enseignant(e) choisit le chant… –          en lien avec une compétence spécifique

–          en fonction d’un projet en cours

–          en regard d’évènements ou périodes de l’année

–          par un coup de cœur, pour le plaisir

 » Tenir compte de l’âge des enfants (ambitus*, intérêt, capacités de mémorisation).

 » Choisir le chant avec une tonalité* appropriée.

se familiarise avec la chanson… –          par l’écoute à partir d’un enregistrement

–          par la lecture de la partition ou du texte.

s’approprie le chant… –          en le chantant plusieurs fois pour acquérir des automatismes

–          pour être capable de commencer à n’importe quel endroit du chant (refrain, couplets, phrases)

 » Effectuer plusieurs écoutes.

 » Prendre le temps de bien se l’approprier.

repère les difficultés éventuelles… –          liées à la mélodie,

–          liées au rythme,

–          liées au texte : sens-diction-articulation-longueur des phrases…

 » Travailler les endroits qui peuvent poser problème

 » Ralentir le tempo*

 » Dire le texte en parlé rythmé*

 » Entourer ou surligner les difficultés sur la partition ou le texte.

prépare –          le déroulement (exercices de préparation corporelle et vocale, présentation, phases d’apprentissages…)

–          les consignes

 » voir les étapes d’une séquence d’apprentissage ci-après.

2.     Mise en œuvre d’une séquence d’apprentissage

1)      Préalables à l’activité –          installation des enfants : regroupement, mise en contexte, posture, regard porté sur l’enseignant

–          préparation corporelle : étirements, décontraction, respiration

–          préparation vocale : jeux vocaux

 » La posture : les deux pieds au sol, buste droit, épaules relâchées, bras le long du corps, pas d’appui sur une table ou une chaise.

 » La préparation corporelle : s’étirer, bailler, réveiller le corps en tapotant  main à plat sur les bras, les jambes, frotter le visage, le cou, la nuque…

 » La préparation vocale : vibration des lèvres (imiter la voiture), fusées (du grave vers l’aigu), répéter des onomatopées des mots avec des expressions différentes (joyeux, monotone, étonné, chuchoté…), sirènes avec des hauteurs différentes (du grave vers l’aigu ou inversement).

2)      Présentation du chant aux enfants –          L’enseignant(e) chante le chant a cappella* ou accompagné d’un instrument ou d’une version instrumentale enregistrée

–          L’enseignant(e) propose une écoute à partir d’un enregistrement

–          Discussion sur cette écoute : compréhension du texte, émotions suscitées, mise en réseau avec d’autres chants ou musiques connus

 » L’enseignant(e) peut proposer une deuxième ou plusieurs écoutes pour permettre aux enfants de repérer certains éléments (instruments, voix, mots particuliers).

3)      Conduite de l’apprentissage –          Par imprégnation répétitive : plusieurs écoutes avec des consignes d’attention sur certains éléments comme les instruments, des mots…

–          Par audition/répétition en dialogue avec l’enseignant(e)

 » Découpage du chant en phrases musicales courtes :

L’enseignant(e) chante la phrase A et les enfants répètent la phrase A.

L’enseignant(e) chante la phrase B et les enfants répètent  la phrase B.

L’enseignant(e) chante A et B et les enfants répètent A et B.

 » Autant de fois que nécessaire.

 » Instaurer un code gestuel pour utiliser le moins possible la voix et dynamiser l’apprentissage par un jeu d’aller-retour (geste vers soi pour

« je chante » et geste vers les enfants pour « vous chantez »).

 » L’enseignant(e) peut chanter avec les enfants pour un soutien vocal.

 » Faire chanter les enfants de préférence debout.

4)      Entraînement –          Chanter le chant le plus souvent possible avec plaisir

–          Y associer des gestes ou des mouvements

–          Changer le tempo*, l’intensité*.

 » L’enseignant s’efface vocalement au profit d’une écoute attentive pour corriger les erreurs.

 » Un élève peut devenir le meneur.

5)      Interprétation –          chanter

–          Respecter les nuances*.

–          Alterner grand groupe / petit groupe / soliste.

–          Ajouter un accompagnement gestuel.

–          Ajouter un accompagnement instrumental, paysage sonore.

6)      Écoute-critique  

–          Enregistrer les productions vocales des enfants et s’écouter.

–          Un groupe chante et l’autre écoute pour commenter.

 » L’écoute critique permet de réfléchir sur les améliorations à apporter : diction, connaissance du texte, intensité, tempo, engagement, …

 

3.     Prolongements possibles

Au sein de la classe –          Créer de nouvelles paroles, un nouveau couplet

–          L’enregistrer pour une écoute plaisir dans un coin écoute

Au sein de l’école –          Chanter le chant avec d’autres classes

–          Chanter le chant pour d’autres classes

–          Chanter le chant pour les parents (spectacle, présentation projet)

–          Chanter le chant accompagné par des instrumentistes (musiciens intervenants, parents, école de musique…)

[gview file= »http://www.art-culture68.site.ac-strasbourg.fr/wp/wp-content/uploads/2017/09/Dossier-Chanter-en-maternelle-Mars-2016.pdf »]